La résistance des consommateurs Vegans

Le véganisme ou encore végétalisme intégral, est un mode de vie consistant à ne consommer absolument aucun produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux. Ainsi, il ne s’agit pas d’une pratique s’appliquant uniquement à l’alimentation mais aussi à l’habillement, aux cosmétiques et à tous les autres aspects de la vie quotidienne.

Ryder, né en 1940 en Angleterre est à l’origine du terme spécisme. Ce type de discrimination, tel que le racisme ou le sexisme est basé sur la différence entre espèces et est vue comme un critère moral déterminant la manière de traiter un être autre que soi.   Véritable défenseur des animaux il a décrit à travers différents ouvrages l’exclusion de la sphère morale et juridique dont font l’objet les animaux et se définit comme un antispéciste. Ce terme réfute toute discrimination entre les différentes espèces et refuse de faire passer les intérêts des humains avant ceux des animaux. Cela implique de ne plus tuer ni de faire souffrir des animaux qui partagent avec nous les mêmes caractéristiques (être capable de sensibilité, d’intelligence ou d’empathie), et dont la vie importe autant que la nôtre. Selon lui, toutes les espèces sont liées biologiquement et à travers l’évolution.

Pour Peter Singer, philosophe australien, les intérêts des animaux sont à prendre en compte en fonction de leur capacité à ressentir la souffrance. Il soutient que la maximisation du bien-être de tous, passe par celui de tout être sensible indépendamment de son intelligence. Ainsi son opinion est que d’être un végétarien ou vegan n’est pas une fin en soi, mais un moyen de parvenir à réduire à la fois la souffrance humaine et animale et en laissant une planète habitable aux générations futures.” (La libération animale)

21617

Les causes qui poussent à devenir vegan

On retrouve trois grandes causes principales qui poussent certaines personnes à devenir vegan. Parfois une seule cause suffit et d’autres fois c’est un mélange de celles-ci qui justifie l’adoption de ce mode de vie.

  • La cause animale

La défense de la cause animale est en lien avec la notion d’anti-spécisme expliquée ci dessus mais pas uniquement. Nombreuses sont les associations de défense des droits des animaux à dénoncer les conditions de vie et mort de ceux-ci. Si la notion d’éthique renvoie à des règles individuelles, propres à chaque individu, elle définit aussi “le comportement bon d’un individu, qui se traduit dans sa capacité à agir de façon constante en vue du bien d’autrui” (Lavorata). Il n’est nul doute que pour ces associations,  les animaux sont inclus dans le terme “autrui” et ne pas nuire à leur existence est agir de manière éthique. Ces associations remettent en questions la brutalité avec laquelle les animaux sont traités et aussi l’âge de leur exécution. En effet, ils sont exécutés très jeunes (à 5 ans pour une vache laitière alors que son espérance de vie est de 20 ans). L’idée principale est que ces bêtes sont vues comme animaux de consommation, exploitées principalement pour leur peau, leur chair et leur lait dans un but purement économique. Par exemple, la vache qui comme tous mammifères, ne produit du lait que pour nourrir son veau se voit par souci de rentabilité être inséminée de manière artificielle 3 semaines après chaque accouchement. Quelques heures (parfois quelques minutes) seulement celui-ci, son veau lui est retiré et le lait produit par la vache sera exclusivement réservé aux êtres humains.

  • L’environnement

L’élevage est responsable à 91% de la destruction de la forêt amazonienne et à 70 % de la déforestation mondiale. Ainsi, des milliers d’hectares de forêts sont détruits chaque jour alors que ceux-ci sont indispensables à la survie des espèces et à la respiration de la planète terre. Aussi, l’élevage étant la 2ème cause d’émission de Gaz à effets de serres, ne pas être vegan contribuerait au réchauffement climatique. Ces gaz sont constitués de Co2 (Emis par l’utilisation d’engrais, par la mécanisation de l’agriculture, le transport et le chauffage des établissements d’élevage), de méthane (issu directement des animaux d’élevage dans leur processus de digestion) ainsi que de Protoxyde d’Azote (émis principalement par les engrais utilisés pour cultiver les céréales destinées à nourrir le bétail). De plus, un point important est avancé par les vegans, celui de la consommation d’eau. L’industrie agroalimentaire animale est responsable de 30 % de toute la consommation d’eau douce et l’irrigation des cultures pour l’alimentation des animaux, l’abreuvage, le nettoyage des animaux et des établissements contribue à l’épuisement de l’eau douce. Enfin, d’autres raisons sont pointées du doigts par les vegans telles que la destruction des océans et des écosystèmes et l’appauvrissement des sols. Par ailleurs, une agriculture vegan permettrait de produire de la nourriture pour plus de personnes et, sur des surfaces proportionnellement plus petites. En effet, un régime dit “carné” nécessite en moyenne 7 fois plus de terres qu’un régime végétalien.

graphique_env2-233x300

  •  La santé

Un régime alimentaire basé sur les végétaux serait meilleur pour notre santé. C’est en tout cas ce que révèle l’Organisation Mondiale de la Santé dans un document publié en octobre 2015 portant sur 800 études, examinées par 22 experts et de 10 pays différents.

Dans les années 1950, il fallait boire du lait pour « être fort, studieux et vigoureux ». C’est le message que Pierre Mendès France, président du Conseil souhaitait véhiculer en instituant le verre de lait à l’école pour “lutter” contre la malnutrition. Pourtant, depuis plusieurs années, les bienfaits du lait sont remis en questions. Le lactose perturberait la digestion, favoriserait le mauvais cholestérol et surtout ne répondrait à aucun besoin physiologique chez l’homme. Plusieurs associations comme Vegan impact, la société vegan, PACTE (Parti Antispéciste Citoyen pour la Transparence et l’Ethique), L214, PETA et particuliers dénoncent ainsi le lobby laitier et la souffrance animale. En effet, “ les équipements dont ils disposent aujourd’hui amplifient leur capacité à dialoguer entre eux, à s’organiser pour agir et parfois à porter dans l’espace public les termes de leurs combats” (Roux, 2014). Ainsi, on peut trouver de nombreux blogs, chaînes Youtube ou forums sur la pratique du veganisme et sur lesquels on y trouve de nombreuses informations qui ouvrent à des discussions. Aussi, le lait animal serait réservé aux animaux de la même manière que le lait humain serait réservé aux nourrissons. Cette théorie est fortement soutenu par des journalistes tels que Thierry Souccar dans son livre Lait, mensonges et propagande ainsi que par des scientifiques. Albert Einstein a ainsi déclaré « Rien ne pourra être plus bénéfique à la santé humaine ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre, qu’une évolution vers un régime végétarien. ».

Résister à la norme

L’action de résistance s’explique par plusieurs raisons: résister au lobby du lait, résister à la pression médiatique poussant à la consommation de produits laitier ou encore défendre la cause animale ainsi que notre planète. On parle de résistance lors d’une réaction coextensive à un pouvoir, une pression ou une influence exercée sur un individu ou un groupe. Ceci doit être perçu et considéré comme discordant. Ainsi, une sorte de pression peut être perçue et ressentie par les personnes vegans de la part de plusieurs horizons comme l’entourage, les marques, les collègues de travail, le gouvernement ou encore la publicité.

Les personnes vegans doivent souvent se heurter à la réticence de leurs proches quant à l’adoption de ce mode vie. En effet, la culture, la différence d’âge, d’opinion et les rites peuvent engendrer des désaccords et des incompréhensions. La gastronomie française par exemple comporte beaucoup de spécialités à base de fromage, de viande et de pâtisseries. Les traditions font qu’à noël, il est “normal” de manger du fois gras, des coquilles saint jacques ou encore de la bûche. L’opération de la normalisation disciplinaire consiste à essayer de rendre les gens et les actes conformes au modèle, le normal étant précisément ce qui peut être conforme à la norme (Foucault). Ainsi, les vegans peuvent être perçus comme des personnes qui renient leur culture, les traditions ou encore se privent de moments de partage.

Du côté des marques et notamment du textile, la banalisation du cuir s’est développée ces dernières années: les sacs et chaussures en cuirs sont perçus comme étant plus élégants et de meilleure qualité, la fourrure est encore largement utilisée notamment autour des capuches des manteaux et avoir fauteuils en cuirs dans son salon ou sa voiture renvoie à une certaine norme. Les produits d’origines animales sont très répandues et ne pas contribuer à cette industrie et un acte de résistance pour les personnes vegan. Ce mode de vie étant très contraignant dans certains pays, il est même parfois vu comme un combat.

Ainsi, être vegan peut être un acte de résistance pour diverses raisons: résister au lobby du lait, à la pression de ses proches, de ses collègues de travail, des médias, des marques, ou du gouvernement. C’est aussi défendre une ou plusieurs causes: la santé, la cause animale ou la protection de l’environnement. C’est enfin résister aux postulats et aux traditions malgré la pression ressentie.

norme

Bibliographie pour aller plus loin

  • Livres:

Lait, mensonges et propagande, Thierry Souccar, Thierry Souccar éditions, 2008.
Speciesism, privately printed leaflet, Oxford, Richar D.Ryder
Du racisme au spécisme, l’escalavagisme est-il moralement justifiable?, Valérie Giroux.

  • Sites internet:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_D._Ryder
http://fr.abolitionistapproach.com/2009/10/18/quelques-reflexions-sur-le-sens-du-mot-%C2%AB-vegan-%C2%BB/
http://vegan.fr/
http://www.62stockton.com/richard/index.html
http://www.revueithaque.org/fichiers/Argument2/06giroux.pdf
https://web.archive.org/web/20121114004403/http://www.criticalsocietyjournal.org.uk/Archives_files/1.%20Speciesism%20Again.pdf
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Lib%C3%A9ration_animale
http://veganimpact.com/pourquoi-etre-vegan/
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-produits-laitiers-nos-amis-pour-la-vie_27560
https://veganaddict.files.wordpress.com/2016/11/8c248-roux2014rc3a9sistanceduclient2cduconsommateuretdel27usager.pdf

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s